Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Tariq Ashraf
  • Quelques bons mots, un peu d'humour (Anglais), beaucoup de Business (Une deuxième religion), des TMT... somme toute, le regard d'un simple Citoyen (Au sens de la Grèce antique) sur notre société.

         logo about-me

View Tariq Ashraf's profile on LinkedIn


Follow TariqAshraf on Twitter

Pages

29 janvier 2009 4 29 /01 /janvier /2009 17:24

John Thain a donc avancé d'un mois le versement des Bonus chez Merrill Lynch, bonus d'un montant de 4 milliards de dollars, et ce afin de profiter de la (petite) fenêtre d'opportunité qui s'est ouverte après l'annonce du deal, fenêtre entre la fin d'année fiscale et la signature effective du rachat par Bank of America.

 

4 milliards de bonus pour une perte opérationnelle record de 21,5 milliards de dollars. J'avais précédemment entendu parler de bonus équivalent à 10% des profits, mais 20% des pertes?

J'avoue que c'est bien la première fois que l'on voit cela…

 

Dans quelle dimension parallèle vivez-vous mon bon Monsieur?

 

Qu'est ce que ne comprend pas ce type de personne? Non seulement ces banquiers, ne sentent pas concernés par la crise financière à laquelle ils ont contribué, mais de plus ils estiment que les égards et les bonus leur sont dus… sauf qu'ils ont été pour beaucoup sauvés par l'argent du contribuable.

 

John Thain de Goldman Sachs, du NYSE, puis NYSE Euronext, et finalement  de Merrill Lynch, un pas en avant s'il vous plait.

 

Ce Monsieur a donc réussi à (brièvement?)  éclipser M. Madoff: Il a été évincé de Bank of America jeudi, seulement 3 semaines après avoir vendu sa banque…. Et après avoir tenté de se faire payer un bonus de 35 millions de dollars.

 

State Losses & Private Profits

 

Les autres 'Princes' de Wall Street avaient publiquement renoncé à leurs bonus, du fait des conditions de marché et du plan de sauvetage des banques de 700 milliards de dollars. Mais en comparant son deal avec BoA, M. Thain a estimé qu'il méritait son bonus.

Son projet a été dévoilé dans le Wall Street Journal, et M. Thain a du démentir l'après midi même devant le conseil d'administration… mais non sans voter le versement anticipé des  'bonus' 2008.

Ulcéré, le PDG de BofA, Ken Lewis a convoqué John Thain pour lui signifier qu'il ne pouvait rester

One down, one to go…

 

Sauf que M. Lewis sent le vent de la fronde lui caresser le visage… les actionnaires sont en train de fomenter des actions en justice, afin d'accuser M. Lewis de mauvaise gestion, et M. Cuomo Procureur de l'Etat de New York a lancé une enquete sur le paiement des bonus de Merrill.

La dernière action en justice en date accuse MM Thain et Lewis d'avoir dissimulé des informations capitales lors du rachat de Merrill: M Lewis aurait du avertir ses actionnaires de la situation avant le vote sur l'opération de rachat.

De même ce dernier avait le devoir de dévoiler qu'il avait contacté le Trésor Américain pour une aide supplémentaire au vu des pertes de Merrill.


Lors du vote de l'assemblée des actionnaires sur le deal (5 décembre 2008)  Ken Lewis et John Thain ont annoncé que les résultats de Merrill étaient conformes aux prévisions.

La semaine dernière BofA a annoncé que les pertes abyssales de Merrill se sont matérialisées la deuxième semaine de Décembre.


On ne peut nier que les marchés connaissent une descente aux enfers (depuis au moins 3 mois), toutefois les indices US concernant les CMBS (Commercial Mortgage-Backed Securities), les titres de dettes à haut rendement (High-Yield Corporate Debt) et autres CDS (Credit Default Swaps) ont vu leur valeur baisser en novembre pour remonter (quelque peu) en décembre.

M. Lewis a voulu annuler le deal à la mi décembre, en utilisant la fameuse clause 'Material Adverse Change' (Clause permettant aux banques de résilier le contrat dans le cas où un évènement négatif majeur comme une crise boursière, une crise de liquidité).

 

Sauf que le Trésor l'en a dissuadé… le fameux 'risque systémique'. Il s'est trouvé collé avec un canard boiteux.


 

Les pertes de Merrill Lynch? De la Génération Spontanée mon bon Monsieur!


Comment les pertes de Merrill se sont matérialisées en une semaine de temps, après (comme c'est pratique) le vote des actionnaires?

Quelqu'un nous prend tous pour des idiots… et se croit très malin…


M. John Thain est soit fort incompétent (dans le cas où il n'a pas vu venir les pertes de 'la deuxieme semaine de Décembre' de Merrill), ou vraiment imbus de sa personne (le cas échéant): en dehors de la disgrâce, du bonus de 10 millions de dollars qui ne s'est jamais matérialisé, et de son départ de BofA, il paiera très cher toute cette affaire…


Au regard de l'histoire je pense que son nom éclipsera celui de M. Madoff (et ce d'autant plus que BofA a annoncé ce jour, l'étalement sur 3 ans du paiement des bonus 2008 pour ses propres troupes)…

Partager cet article

Repost 0
Published by Tariq Ashraf - dans Finance
commenter cet article

commentaires